Calendrier

Juillet 2012
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Présentation

Recherche

Trois semaines contre l’Antisémitisme

 
02_octobre2009_licra30.jpgDu 19 octobre au 7 novembre 2009, la LICRA Nîmes proposait une série d’évènements sur le thème de "L’Antisémitisme du Moyen-âge à nos jours" en partenariat avec l’ACAC (Association Culturelle du Centre Communautaire Sarah et Aimé Grumbach) et la Ligue de l’Enseignement. Cette initiative était soutenue par Nîmes-Métropole, le Conseil Général du Gard, la Région Languedoc-Roussillon.


Notre association avait souhaité face à des formes sans cesse renouvelées de l’antisémitisme, face à une banalisation du racisme ordinaire dans la vie quotidienne, offrir au plus large public l’opportunité de s’informer sur les origines de la haine la plus ancienne et la plus tenace de l’histoire et ses mythes fondateurs.


Certes, l’antisémitisme n’est pas la seule forme de racisme dont souffre ce pays et notre action contre toutes les formes de racisme  doit être menée sans complaisance en gardant à l’esprit constamment que le racisme n’a pas de couleur.
Mais incontestablement l’Antisémitisme constitue la forme la plus complexe du racisme, et son noyau dur. Il accompagne l'histoire du peuple juif depuis toujours.


L’Exposition sur "L'Antisémitisme du Moyen-âge à nos jours" était ouverte au public dans le Show-room du Colisée, l’Hôtel d’agglomération de Nîmes Métropole, durant trois semaines. Elle a été saluée unanimement pour ses qualités pédagogiques et a connu une fréquentation régulière.


Plus de 70 personnes ont assisté à la conférence de Daniel Benfredj, sur le thème de l’"Exclusion et tolérance au Moyen-âge", et près de cent personnes étaient présentes pour découvrir une adaptation théâtrale de "Matin Brun" (la pièce "Les Mécanos de Dieu" n’ayant pu être jouée en raison de l’hospitalisation de l’actrice principale).01_octobre2009_licra30.jpg


Midi-Libre, La Marseillaise, Radio France Bleu Gard Lozère, Radio Aviva, Soleil Fm, Télé Miroir et beaucoup d’autres ont fait une large place à notre initiative durant ces trois semaines. Pour notre association cette initiative est une réussite. Elle conforte les liens avec nos partenaires institutionnels et associatifs. Elle conforte la place de la LICRA dans ce département.

 

 

Discours du Vernissage de l'Exposition « L’Antisémitisme du Moyen-âge à nos jours » 19 octobre 2009

 

 

Je voudrais avant toute chose  remercier Nîmes-Métropole et en particulier son Président pour son concours et son soutien sans lequel il eut été difficile de réunir les conditions de cette Exposition. Votre soutien à l’activité de notre association, vous l’avez renouvelé en permanence depuis 2006. Il témoigne de la confiance que vous accordez à la LICRA et son combat.  J’en prends pour preuve, s’il en fallait encore une, du  partenariat Ville de Nîmes / LICRA autour d’un projet sur la notion de discrimination émanent du Conseil Municipal des Jeunes pour les prochaines semaines.

 

Je voudrais remercier également le Conseil Général de ce département dont le soutien à notre association n’a jamais failli depuis la création de la section et la Région Languedoc Roussillon.

Monsieur le Président de Nîmes Métropole, Monsieur le représentant du Conseil Général, Monsieur le Représentant du Conseil Régional, je ne peux que me réjouir qu’au-delà des débats partisans, débats d’idées qui font la démocratie plus vivante, il soit possible d’être rassemblé aujourd’hui autour de valeurs partagées.

 

Mes remerciements les plus chaleureux : 

- à mes partenaires l’Acac et la Ligue de l’Enseignement pour avoir accepté sans aucune hésitation de partager avec nous ce projet et qui proposent une Conférence le 3 novembre et une soirée théâtre le 7novembre.

- à l’Amitié Judéo-Chrétienne de France et la LICRA Rhône-Alpes  dépositaire de l’Exposition pour son aide et ses conseils.

- au service communication de Nîmes Métropole pour sa disponibilité, sa patience aussi et sa compétence indiscutable tout au long de ses mois de préparation de cette initiative.

 

 

Pourquoi cette manifestation autour de la question de l’Antisémitisme ?

 

Comme j’ai eu l’occasion de le rappeler à plusieurs reprises ces dernières semaines, la LICRA Nîmes a souhaité face à des formes sans cesse renouvelées de l’antisémitisme, face à une banalisation du racisme ordinaire dans la vie quotidienne, offrir au plus large public l’opportunité de s’informer sur les origines de la haine la plus ancienne et la plus tenace de l’histoire et ses mythes fondateurs.

Eclairer, pour mieux comprendre les conditions et les circonstances  historiques qui favorisent l’intolérance et le rejet de celui qui est différent, éclairer pour mieux comprendre la mécanique de la haine  confère, nous semble-t-il, à notre initiative une dimension pédagogique.

 

 

Nous avons aussi voulu rappeler notre attachement avec la LICRA toute entière au A du sigle de notre association : c’est la marque de son histoire qui a débuté il y a plus de 80 ans. Je ne vois que de bonnes raisons  hélas pour réaffirmer notre attachement à lutter contre l’antisémitisme :

Pour n’évoquer que la période la plus récente :

 

 

- Souvenez-vous il y eut l’assassinat d’Ilan Halimi, après plusieurs semaines de calvaire. Ce garçon choisi parce qu’il était juif et donc « riche » Nous avons alors pu mesurer une nouvelle fois combien les préjugés avaient la vie dure.

- Nous avons eu encore près de 200 actes antisémites de toute nature recensées (par le BNVA) durant l’intervention de l’armée israélienne à Gaza cet hiver, au compte desquels il faut inclure les agressions contre le Rabbin de Nîmes,

- et plus près de nous le jet d’un engin incendiaire sur une école juive à Marseille,

Autant de faits et pour ne s’en tenir qu’à ceux-là, qui me laissent à penser que l’antisémitisme a encore de bien « mauvais » jours devant lui.

 

 

Certes, l’antisémitisme n’est pas la seule forme de racisme dont souffre ce pays et notre action contre toutes les formes de racisme  doit être menée sans complaisance en gardant à l’esprit constamment que le racisme n’a pas de couleur.

Mais incontestablement l’Antisémitisme constitue la forme la plus complexe du racisme, et son noyau dur.

 

L’Antisémitisme, c’est le racisme additionné à l’antijudaïsme, bien qu’il faille le rappeler les Juifs ne constituent aucunement une « race ». Malgré ce, cette « racialisation » des Juifs marque profondément leur histoire. Elle atteindra son apogée sous le nazisme.

 

Comme d’autres formes de racisme ou d’intolérance, celui-ci repose sur des mythes dont certains traverseront les siècles.

Ainsi en est-il du mythe du meurtre rituel apparu dans l’Antiquité qui prétend que tous les 7 ans les Juifs capturent un étranger et l’immolent dans leur Temple en le coupant en petits morceaux ou du  « crime de déicide » (les Juifs sont accusés d’avoir tué le Christ) en passant  par le mythe de l’empoisonnement des Puits et la Peste noire.

Le XXIème siècle sera marqué par des mythes plus sophistiqués à la tonalité paranoïaque :

-  c’est le complot judéo-maçonnique puis le complot judéo-bolchévique

-  c’est la conspiration juive mondiale et les Protocoles des Sages de Sion.

 

On peut dire que l'Antisémitisme accompagne l'histoire du peuple juif depuis toujours.

 

L'exposition que nous vous proposons aujourd’hui est un voyage dans le temps et dans l'espace.

 

Les historiens néerlandais auxquels nous devons celle-ci, ont fait le choix de n’évoquer l’antisémitisme que dans sa forme que je qualifierai de moderne :

c'est-à-dire dès lors qu’il n’est plus seulement cet antijudaïsme, cette opposition à l’égard du monothéisme  « inventé par les juifs » cette croyance dans un Dieu transcendant et immanent.

C’est donc le parti pris de cette exposition que de ne traiter l’antisémitisme qu’à partir des premières croisades en 1096 c'est-à-dire à partir du Bas Moyen-âge. Et il est vrai que cette période marque une rupture pour les Juifs qui vivent  dans le monde chrétien (et exception faite de l’Espagne Wisigothique et de  l’Empire byzantin) ils jouissent jusqu’alors et en général d’une grande liberté et d’une protection de leurs biens. Cette période va prendre fin et ouvrir les temps d’une férocité méconnue jusque là.

 

 

L’Exposition raconte en mots et en images, les sombres épisodes de la mémoire juive à travers un assemblage de trente panneaux thématiques allant de la première croisade à l'antisémitisme contemporain sur Internet.

Le Moyen-âge, la Montée de l'antisémitisme, le Nazisme, et la Shoah sont les trois grands chapitres qui composent cette exposition. Elle rappelle les discriminations dont les Juifs furent l’objet dans les activités économiques, et les ségrégations dans les domaines :

- de l’habitat avec les Ghettos,

- de la tenue vestimentaire dès le Moyen-âge avec la rouelle et le Judenhut, le « chapeau pointu » avant que ne viennent les temps de l’étoile jaune.

Elle décrit également l’histoire des Juifs en Europe afin d’apporter la lumière sur leur vie, leur religion et leur culture.

Elle rappelle que la France, Pays des Droits de l’Homme fut la première (avec les Etats-Unis) à prononcer l’émancipation des Juifs dans le prolongement de la Révolution.

 

Mesdames, Messieurs, chers amis,

 

Notre projet a pour ambition de susciter dans l'esprit de tout à chacun la volonté de défendre les valeurs universelles que sont la tolérance, le respect de la différence et des Droits de l'Homme. En ce sens nous sommes fondés à croire que cette initiative a une portée universaliste.

Je veux croire que c’est bien ainsi qu’elle sera perçue.

 

Patrice BILGORAI

 

Avec nos partenaires nous vous proposons durant ces trois semaines deux autres RDV :

 

Mardi 3 novembre 2009 19h30

Conférence "Exclusion et tolérance du Moyen-âge à nos jours" de Daniel BENFREDJ, Professeur d’Histoire, Assistant en Civilisation à l’Université

 

 

 

Samedi 7 novembre 2009 20h30

« Les mécanos de Dieu » par le Théâtre de la Nouvelle Cigale d’après « Grande peur et misère du IIIème Reich » de Bertold Brecht. Mise en scène de Christian Chessa.

 

Contact - C.G.U. - Signaler un abus